Un peu plus sur la teinture...

Publié par Info Montloup le

Dans notre dernier article, on vous parlait de notre dernière expérience de teinture naturelle. J’avais envie aujourd’hui de vous partager mon opinion sur le sujet car la question revient souvent : Est-il possible de teindre nos tissus en teinture naturelle ?

Un peu d’Histoire pour commencer…

La grande majorité des tissus fabriqués à travers le monde sont teints avec des teintures synthétiques. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est que très récemment que les teintures synthétisées en laboratoire sont apparues pour répondre la demande grandissante de l’industrie. Les principales raisons sont :

1/ Qu’elles ont l’avantage d’être moins onéreuses

2/ Les couleurs s’obtiennent de façon plus exacte permettant ainsi une constance nécessaire à l’industrie. 

3/ Elles sont plus ou moins durables au fil des nombreux lavages qu’on fait subir à nos vêtements. Entendez ici, lavage et séchage en machine. 

4/ Elles permettent de teindre les tissus synthétiques (polyester, acrylique et autres polyamides) 

Cependant, elles sont majoritairement produites à base d’hydrocarbures (coucou pétrole !) et le procédé est très polluant puisque qu’il vient généralement avec un bon petit cocktail de produits chimiques. En Asie, on dit qu’il est possible de deviner la couleur phare de la prochaine saison en regardant la couleur des rivières et courts d’eau. Ark !

[ Crédit photo Dave Hoefler ]

On oublie souvent que ce qui est nocif pour l’environnement l’est aussi pour les être-vivants dont nous faisons partie. Les vêtements sont en contact direct avec notre peau qui est l’organe le plus grand que nous possédions. Elle est poreuse et absorbe donc ce joli cocktail de produits. Au Canada, certains produits ont été interdits d’utilisation par les teinturiers car ils sont trop nocifs et potentiellement cancérigène. 

Les teintures naturelles, elles, offrent une palette de couleur très variée mais les techniques sont complexes, parfois longues et les couleurs parfois changeantes en fonction de l’exposition à la lumière. Elles évoluent au fil du temps et des lavages, ce qui est, pour moi, un facteur merveilleusement poétique mais très difficile à gérer au niveau industriel. Pis, on va se le dire, dans une logique de croissance exponentielle qu’est celle de notre société capitaliste, ça ne fonctionne tout simplement pas.

Même avec la plus belle volonté écologique de la Terre, dans le monde tel qu’on le connaît aujourd’hui, il serait impensable de remplacer les teintures synthétiques par des teintures naturelles. Principalement parce que ces techniques requièrent énormément de ressource en eau et en matières colorantes (feuilles, fleurs, écorces, terre, racines…). Par ailleurs, pour fixer durablement la teinture dans les tissus, nous devons utiliser des mordants dont certains peuvent être nocifs pour l’environnement.

Mais tout est une question d’échelle. Dans une tout autre logique, celle de la décroissance, la teinture naturelle pourrait retrouver ses lettres de noblesse. 

Parce qu’à un niveau plus petit, il serait tout à fait envisageable de fabriquer des produits teints naturellement. 

On fait quoi au niveau industriel ? 

[ Crédit photo Natalia Y ] 

Il n’existe pas de solution miracle mais ce que nous avons choisi de faire chez Montloup, c’est de travailler avec une maison de teinture locale, Ajax Textile. Basée en Ontario, Ajax Textile est depuis longtemps sensibles aux préoccupations écologiques. Dans les soixante dernières années, ils ont notamment mis en place une politique de récupération et traitement des eaux usées. Ils ont aussi travaillé fort pour réduire au minimum leur besoin en énergie. De plus, ils ont choisi d’utiliser des produits chimiques qui agissent dans le respect de l’environnement. 

On privilégie aussi des tissus de couleur naturelle dans la plupart de nos processus de recherche et développement.

Les merveilleuses rayures que nous avons créé à partir des fils de Sally Fox offrent aussi une avenue intéressante car la couleur des tissus provient directement du coton lui-même, qui pousse naturellement coloré. On peut notamment obtenir des roses pâles, des verts et des bruns. Voir article – Tendre vers le mieux.

 

La chose la plus important que l’on fait c’est d’encourager les consommateurs à acheter moins mais mieux, et de se tourner vers des vêtements durables dans le temps. 

Pour celles et ceux qui souhaitent s’approvisionner auprès de grande chaine de distribution, il est conseillé de regarder les certifications concernant l’utilisation des produits chimiques. Le label Eko-Tex Standard 100 assure notamment que les produits chimiques utilisés pendant le processus de fabrication (du fil au vêtements fini) ne sont pas nocifs pour l’environnement et les êtres vivants. 

Pour des entreprises plus petites qui n’ont pas les moyens d’investir dans les certifications (comme Montloup) vous pouvez contacter directement ces dernières et leur demander plus d’information sur la provenance des tissus. 

← Article précédent



Laissez un commentaire